Au fil de l’eau avec Paul-Louis Couchoud PDF

Le haïku est une forme poétique dérivée d’une autre forme poétique traditionnelle japonaise, le renga. 31 mores qui se divisent en un hokku de 17 mores et un verset de 14 mores. Matsuo Bashō isola ces deux parties et ne conserva que le hokku au fil de l’eau avec Paul-Louis Couchoud PDF 17 mores, genre que l’on appelle aujourd’hui renku, et il s’illustra dans la composition de haïkaï.


Lors d’un voyage au Japon en 1904, Paul-Louis Couchoud a étudié les règles du haïku. Dès son retour en France, il a incité ses amis à en écrire et, en juillet 1905, avec deux d’entre eux, il est parti sur une péniche de Paris à La Charité-sur-Loire, tel un poète voyageur japonais. A eux trois, ils ont composé un recueil de 72 haïkus : Au fil de l’eau. L’auteur vous invite à porter un regard nouveau sur cette plaquette. Non seulement il montre les liens étroits qui unissent les deux livres de haïku écrits par Couchoud, mais surtout il prouve que cette compilation a été composée comme un renku. Ces recherches, illustrées de nombreuses cartes postales d’époque, vous dévoilent les lieux visités par Couchoud et ses amis, et permettent d’xpliquer certains haïkus qui pouvaient paraître mystérieux.

Les écrivains occidentaux ont alors tenté de s’inspirer de cette forme de poésie brève. La plupart du temps, ils choisissent de transposer le haïku japonais sur une seule colonne sous la forme d’un tercet dont les vers comptent 5, 7 et 5 syllabes. De multiples traductions de ce haiku coexistent. Le troisième vers en particulier pose problème.

La traductrice Corinne Atlan en a même proposé une version s’attachant plus à un effet visuel,  l’eau se brise , qu’à un effet sonore. Le texte ne donne aucune indication de pluriel ou de singulier, ni aucune indication de temps. Par ailleurs, en japonais, les articles n’existent pas, les genres non plus. Le sens d’un haïku se révèle, pour la plupart des cas, dans sa proximité avec d’autres haïkus, lorsqu’il fut publié dans des éditions collectives, ou dans son rapport à une histoire, lorsqu’il fut publié dans des récits en prose.

This entry was posted in Sciences humaines. Bookmark the permalink.