Cambodge : Année zéro PDF

Le cambodge : Année zéro PDF hindou, utilisé depuis des temps immémoriaux, est un calendrier luni-solaire qui a subi des modifications géographiques : quelques États indiens ont leur propre version et le Pakistan l’appelle le calendrier desi ou natif. Le calendrier hindou date au moins du temps du Rig-Veda qui en mentionne les mois et les jours. Il est étroitement lié à l’astrologie hindoue, la jyautisha qui en prescrit les aspects. Caractéristique unique, le calendrier hindou comporte une année zéro et compte les années écoulées, comme on le fait pour marquer l’âge d’un être humain, et non pas en cours.


Témoin oculaire de la prise de Phnom Penh, François Ponchaud nous en fait revivre les péripéties : entrée des révolutionnaires, exode forcé de toute la population. Il évoque ensuite la prise du pouvoir dans les provinces, la désertion des villes et des bourgades par un peuple livré de force au travail de production agricole.
Par une analyse du discours officiel tenu par la radio, l’auteur décrypte les buts poursuivis par la révolution, l’organisation de la nouvelle société, la formation idéologique du peuple, la création d’une nouvelle culture. Par sa radicalité même, cette révolution comporte des traits spécifiques que l’auteur situe dans le contexte historico-social qui l’a vue naître, ainsi que dans l’histoire personnelle de ses leaders actuels.
Révolution fascinante et terrifiante… L’expérience cambodgienne est un défi qui interpelle tout homme.

Rappelons que nous devons aux mathématiciens indiens la création du concept de zéro et des chiffres dits arabes, et la majorité des sources mathématiques reprises ensuite par les Arabes. Les ères suivent un système sexagésimal et sont, comme les heures et les minutes, divisées en cycles de soixante années qui se répètent sans discontinuer. On l’a vu, le début de l’année solaire et lunaire correspond à l’équinoxe de printemps. Le mois lunaire dont la pleine lune est la plus proche du jour de l’équinoxe de printemps est chaitra. Cela arrive tous les 19 et 141 ans. Entre le 15 janvier et le 12 février 1983, le mois lunaire s’est appelé Pausha-Māgha kshay. Les dates de certaines fêtes religieuses de l’Inde étant fixées sur le mois lunaire, s’il y a deux mois avec le même nom, il est généralement considéré plus propice de célébrer lors du deuxième mois.

Si une année connait un mois  perdu , celui-ci accumule les fêtes propres aux deux mois qu’il agrège. Si c’est le cas d’un mois  perdu , phālguna-chaitra kshaya ou chaitra-vaishākha kshaya, alors le nouvel an a lieu au premier jour de ce mois. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Le premier se produit vers le 21 janvier, le deuxième vers le 30 juin. Le début du mois diffère aussi : la pleine lune pour le vikhrama, la nouvelle lune dans le shalivahana.

Une tentative d’unification des différents calendriers hindous voit le jour après l’indépendance du pays, c’est le calendrier national indien. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 26 décembre 2018 à 08:05. Officier de l’armée, il était, dans les années 1960 le leader de la droite de son pays et fut plusieurs fois ministre de la Défense et Premier ministre.

Après des études primaires à l’école Doudart de Lagrée de Phnom Penh, il poursuit sa formation au lycée Chasseloup-Laubat de Saïgon de 1928 à 1934. Il abandonnera toutefois la magistrature à une date indéterminée pour une carrière administrative dans la province de Kompong Cham. En mai 1945, il devient gouverneur de la province de Kratie, puis responsable de la police nationale. En 1951, il dirige un petit parti, la Rénovation Khmère, créé par Nhiek Tioulong et devient un des leaders de la droite autoritaire.

This entry was posted in Informatique et Internet. Bookmark the permalink.