Comment nous sommes devenus bipèdes: Le mythe des enfants-loups PDF

Marche du Progrès correspondant à une bipédie de plus en plus humaine. Une autruche, l’un comment nous sommes devenus bipèdes: Le mythe des enfants-loups PDF animaux bipèdes les plus rapides.


La marche bipède est-elle inscrite dans nos gènes ? Que nous apprennent les fossiles laissés par nos ancêtres ? Quels changements se sont produits au cours de notre évolution qui ont adapté notre morphologie à la bipédie ? Comment un tout-petit se redresse-t-il, comment apprend-il à marcher ? Comment son squelette doit-il s’adapter pour composer avec la gravité et les lois de l’équilibre ? Et pourquoi, parfois, cet apprentissage ne se fait-il pas ou bien se fait-il mal ? Fruit de la sélection naturelle, la bipédie nous est devenue si familière qu’on en oublierait presque le défi qu’elle constitue. Enfants-loups, enfants sauvages, familles quadrupèdes en Turquie ou en Irak sont là pour nous rappeler combien cet équilibre ne va pas de soi

La bipédie caractérise également les oiseaux ainsi que certains dinosaures. Une forme de bipédie tout à fait singulière a également été observée chez deux espèces de poulpe, Amphioctopus marginatus et Abdopus aculeatus. Le suricate et certains chiens de prairie américains, les marmottes, les ours, peuvent se tenir ou se déplacer debout de manière prolongée. Homo sapiens est le bipède le plus répandu sur Terre. Se pose la question du développement de la bipédie chez les hominines. On pense aujourd’hui que la bipédie est une exaptation.

Par la suite, cette aptitude s’est révélée avantageuse en milieux dégagés ou semi-aquatiques et a été favorisée par les processus de sélection. Des études récentes montrent que le dimorphisme sexuel des vertèbres lombaires de l’humain moderne se retrouve chez d’anciens hominines comme l’Australopithecus africanus. La date de la séparation entre la lignée des chimpanzés et celle des hominines reste controversée, entre 10 et 5 millions d’années. Peu de fossiles de cette période ont été mis au jour. Il y a au moins douze hypothèses différentes pour expliquer comment la bipédie s’est développée chez nos ancêtres. Ces différentes hypothèses ne sont pas nécessairement exclusives les unes des autres : différentes pressions sélectives ont pu favoriser le développement de la bipédie humaine. L’Homme est devenu par la suite un chasseur performant grâce à son endurance à la course, lui permettant notamment de pratiquer la chasse à l’épuisement.

This entry was posted in Science-Fiction. Bookmark the permalink.