Comment utiliser les marchés à terme agricoles et alimentaires PDF

J’ai, aujourd’hui, besoin d’avis éclairés sur un sujet qui me préoccupe vis à vis de la traçabilité comment utiliser les marchés à terme agricoles et alimentaires PDF denrées alimentaires au sein des restaurants collectifs. En effet, je suis consultant dans le domaine de l’assurance qualité et de la sécurité alimentaire au sein des IAA et je suis confronté tous les jours à la surenchères des demandes des services vétérinaires. Je partage tout à fait la réflexion de Pierre Michel Bouchut et ma volonté de franchise me fera également dire que vous trouverez même des différences au sein d’une même DSV. Il n’existe en effet pas de référentiel détaillant les solutions à prendre en matière de nouvelle approche.


La stabilité des prix des matières premières est rare, c’est l’exception. Les marchés à terme offrent des techniques de couverture du risque de fluctuation des prix. S’approprier ces outils semble vital pour la pérennité des entreprises dont l’activité est dépendante de la fluctuation des cours des matières premières agricoles. La gestion du risque de prix doit faire partie intégrante des métiers des acteurs des filières : du producteur au consommateur, en passant par les organismes stockeurs, les industriels et la grande distribution. Il en va de leur pérennité. Que cet ouvrage soit un guide pour alimenter leur réflexion et concevoir leur stratégie commerciale.

Les agents sont formés à la théorie et il en ressort notamment que c’est aux professionnels de trouver les solutions d’auto-contrôle, et aux services vétérinaires d’en discuter la pertinence et l’efficacité. L’exemple du relevé des numéros de lots ou de la période de 3 ans d’archivage est pour moi la définition d’un moyen. Les services vétérinaires peuvent proposer des moyens, mais non les exiger. Ils peuvent vous démontrer qu’en oublitant d’effectuer tel ou tel auto-contrôle vous risquerez de ne pas maîtriser un risque potentiel. Mon avis sur l’HACCP consiste à dire qu’un établissement ne doit pas se lancer dans une gestion paperassière de l’auto-contrôle.

Le plus logique consisterait à s’attaquer aux points faibles de l’établissement en question. Le plus important dans l’archivage de l’auto-contrôle est la trace de la réactivité opérée dans l’établissement au moment d’un défaut relevé. Pour ce faire, il faut que l’opération ait également eu connaissance d’une procédure claire et documentée. Je serais plutôt pour un archivage d’un an. Mais peut être qu’une synthèse sur les faits majeurs survenus dans l’année serait également intéressante.

This entry was posted in Loisirs créatifs, décoration et bricolage. Bookmark the permalink.