Conversations avec David Hockney PDF

Utilisant des couleurs acidulées et attirantes, David Hockney peint des portraits et des paysages où conversations avec David Hockney PDF mêlent peinture et photographie. Ayant vécu une grande partie de sa vie en Californie à Los Angeles, il possède un atelier sur Santa Monica Boulevard où sont conservées ses archives. David Hockney est né dans une famille modeste, quatrième enfant d’une fratrie de cinq. Il s’intéresse à l’art très jeune et s’inscrit à l’école d’art de Bradford à l’âge de 11 ans.


Dans cet ouvrage remarquable, les idées, les anecdotes, les passions et l’humour de Hockney
élaborent son point de vue sur les problématiques et les paradoxes de la représentation d’un
monde en trois dimensions sur une surface plane. Hockney suggère que « dessiner apprend à
regarder [et que] plus on dessine, mieux on y voit ». Quels sont les liens qui unissent les images
que nous fabriquons à la réalité qui nous entoure ? Comment l’évolution des technologies a-t-elle
affecté la manière dont les artistes représentent le monde ? Et comment apprécier à sa juste
valeur le plaisir simple de contempler des arbres, des visages ou des couchers de soleil ?
Nos deux interlocuteurs ponctuent leur conversation d’observations éclairantes sur nombre d’autres
artistes comme Van Gogh ou Vermeer, le Caravage, Monet ou Picasso, et formulent des remarques
lumineuses sur le contraste frappant entre les paysages de la Californie, où Hockney a passé tant
d’années, et du Yorkshire, la région de son enfance où il vit à nouveau aujourd’hui.
Quelques-uns des artistes qu’il a rencontrés en chemin, notamment Henri Cartier-Bresson et Billy
Wilder, font des apparitions intéressantes au détour du dialogue.
Autoportrait unique et fascinant de l’un des artistes britanniques les plus célèbres et les plus
influents de son temps, Conversations avec David Hockney deviendra sans nul doute un ouvrage
de référence sur la nature de la création.

Son père, qui avait fait une école d’art avant de renoncer à sa passion, avait été un objecteur de conscience pendant la Seconde Guerre mondiale. David Hockney refuse quant à lui de faire son service militaire de 1957 à 1959. Il étudie au Royal College of Art de Londres, où il rencontre Allen Jones, Patrick Caulfield et en sort diplômé en 1962. En 1964, il découvre la Californie, les instantanés de Polaroids, la peinture acrylique, les belles villas et leurs piscines qui deviennent un motif repris dans beaucoup de ses œuvres.

Potelet de la ville de Winchester peint dans le style de A Bigger Splash. David Hockney pratique un art figuratif presque expressionniste où se mêlent portraits, photographies et vidéos. En 1963, année où il expose à la Biennale de Paris, ses œuvres deviennent plus autonomes et autobiographiques. Il peint des autoportraits, les portraits de ses parents, d’amis, des séries de scènes d’intérieur, de garçons sous la douche, de piscines, d’animaux en bois, de voyages. Homosexuel revendiqué, il fréquente des bars gays.

David Hockney revient vivre à Londres en 1968 par amour pour Peter Schlesinger, au moment du Swinging London. Cecil Beaton, Rudolf Noureev ou encore John Gielgud viennent poser dans son appartement. En 1974, le musée des arts décoratifs de Paris lui organise une première rétrospective. David Hockney revient vivre et travailler à Los Angeles en 1978, lorsqu’il est atteint de surdité presque totale à l’âge de quarante ans. En 2003, il pose pour le peintre Lucian Freud.

David Hockney revient en Angleterre en 2005 et vit dans l’Est du Yorkshire, la contrée de son enfance. Dans un vaste atelier, il peint des paysages en très grands formats. D’abord des aquarelles qu’il présente dans un seul cadre qui contient 36 aquarelles, pour montrer l’ambiance générale des sites. Il s’intéresse aussi aux œuvres numériques. Le 2 janvier 2012, il a été nommé par la reine d’Angleterre Élisabeth II, membre de l’ordre du Mérite britannique.

Une grande exposition s’est ouverte le 23 janvier 2012 à la Royal Academy de Londres,  A Bigger Picture  qui montre de grandes œuvres sur le thème du paysage anglais. Plus surprenante, la perception d’un paysage par 18 caméras placées à différents points de vue. En 2017, le Centre Pompidou en collaboration avec la Tate Britain de Londres et le Metropolitan Museum de New York présente la plus complète exposition rétrospective consacrée à l’œuvre de David Hockney. Homosexuel alors que cela était dans sa jeunesse encore passible de prison au Royaume-Uni, il est soutenu par ses parents. Il noue une relation avec Peter Schlesinger, tant professionnelle qu’amoureuse. Ses deux autres relations amoureuses importantes sont Gregory Evans et John Fitzherbert.

This entry was posted in Art, Musique et Cinéma. Bookmark the permalink.