Conversations avec des clandestins PDF

Intérêt des enfants, intérêts des adultes ? J’entends conversations avec des clandestins PDF affirmer qu’il faut d’abord rappeler leurs devoirs aux enfants, avant de songer à leurs droits.


 » Nous étions tout proches d’eux, derrière une table chargée de leurs épais dossiers. Parfois, je questionnais les juristes pour comprendre où l’on en était dans les méandres des lois, mais c’est surtout par-dessus les papiers que je tentais de faire passer un courant d’émotion entre nous et ces personnages de l’ombre, un peu irréels, plus souvent résignés que vindicatifs. Parmi eux, des loqueteux misérables, mais aussi quelques silhouettes hiératiques de Peuhls en longue tunique d’un bleu violent, et des Africaines affriolantes dans les cotonnades bigarrées qui moulaient le haut du corps en s’évasant autour des jambes – et puis les musulmanes dont le foulard rabattu sur le front faisait ressortir l’éclat des yeux sombres veloutés. « 

D’autres, dans la même veine, n’hésitent pas à affirmer que c’est bien parce qu’on a reconnu des droits aux enfants qu’ils ne respectent plus aucune autorité. Je ne surprendrai pas en disant que je ne partage pas un instant ces assertions. J’affirme même que c’est bien parce qu’on identifie un individu dans ses droits que l’on peut plus facilement exiger de lui qu’il respecte la loi. Il n’est pas besoin d’être un grand observateur politique pour retrouver cette problématique dans différents domaines du champ social. On retrouve cette idée dans l’approche du débat sur le vote des étrangers aux élections locales.

J’ajoute que droits et devoirs ne sont pas indéfectiblement liés. Certains droits de l’homme fondamentaux comme le respect de la personne ne sont gagés par aucun devoir. La femme qui ne se fait pas agresser sexuellement dans la rue n’a pas à remercier le passant qu’elle croise ! Par ailleurs il ne faut pas confondre autorité et violence.

On peut faire preuve d’autorité sans élever la voix ou sans frapper. Sii dans notre pays l’autorité quelle qu’elle soit n’est pas respecté, c’est souvent parce qu’elle-même n’est pas ou plus respectable. On multiplierait les exemples issu notamment du terrain public Chacun les ayant en tête je ferai l’économie de les restituer. Reste que devant l’intérêt que mes lecteurs portent à la problématique droits et devoirs si j’en juge par le taux de consultation journalier des billets de ce blog qui abordent cette question, il m’apparaît nécessaire de la reprendre plus exhaustivement. Commençons par le début : qu’est-ce qu’un enfant au sens juridique du terme ? Il s’agit d’une personne humaine de moins de 18 ans.

This entry was posted in Famille et bien-être. Bookmark the permalink.