De Pompéi à Malmaison, les Antiques de Joséphine PDF

1750 par les écrits de Pompéi à Malmaison, les Antiques de Joséphine PDF archéologues et amateurs d’art dont Winckelmann et Caylus. Les principaux chefs de file de ce mouvement furent, successivement, Anton Raphaël Mengs entre 1760 et 1779 et Jacques-Louis David de 1784 à 1824. L’apparition du néo-classicisme à la fin du siècle des Lumières est marqué par un recul de l’influence française en Europe à partir de la guerre de Sept Ans.


Jusqu’à une période récente, la collection d’objets archéologiques réunie par Joséphine à Malamaison n’était que partiellement connue. Les Œuvres, qui par leur présence en France devaient jouer un rôle essentiel dans la formation, du goût de l’époque pour l’Antiquité, provenaient pour la plupart du don diplomatique consenti au couple impérial par Ferdinand IV en 1802. Le roi de Naples et des Deux-Siciles avait sélectionné notamment des peintures et des bronzes éléments de mobilier, ustensiles et armes de gladiateurs découverts à Herculanum ou à Pompéi, et trente-quatre vases  » étrusques « , en fait des vases attiques, apuliens, paestans ou lucaniens. Ce premier noyau avait ensuite été enrichi grâce à des dons, des envois ponctuels faits à l’impératrice et des acquisitions personnelles. La collection, dans laquelle se trouvaient également quelques objets égyptiens, fut dispersée à la mort de Joséphine en 1814. Les Œuvres, dont beaucoup furent acquises au gré des ventes par Charles X puis Napoléon III, sont aujourd’hui conservées en grande partie au musée du Louvre. Après une première étape au High Museum d’Atlanta, elles retrouvent, le temps d’une exposition, l’écrin prestigieux qui fut le leur à Malmaison.

Par contre l’essor de l’influence anglaise et particulièrement l’anglomanie favorise l’intérêt pour les cabinets de curiosité et les découvertes archéologiques. Parallèlement les fouilles effectuées à Pompéi et Herculanum ravivent l’intérêt pour l’Antiquité romaine. Dans la peinture néo-classique et plus spécifiquement dans le genre de la peinture d’histoire, le cadre se caractérise par une composition à la perspective frontale. La facture des tableaux est lisse, ne laissant pas apparaître de trace de brosse, s’inspirant à la fois des fresques antiques de Pompei, et des peintures primitives de la Renaissance.

This entry was posted in Art, Musique et Cinéma. Bookmark the permalink.