Des Rapports de la pleurésie et de la tuberculose PDF

Albert Des Rapports de la pleurésie et de la tuberculose PDF brandissant les tubes de Marsh. C’est le 21 juillet 1949 que Marie Besnard est inculpée pour le meurtre par empoisonnement de douze personnes, dont son propre mari.


Des Rapports de la pleurésie et de la tuberculose, par Ernest Mey…
Date de l’édition originale : 1877

Ce livre est la reproduction fidèle d’une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d’une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l’opportunité d’accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d’une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d’un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d’un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

Urbain Grandier avait fait grand bruit quelques siècles auparavant. On observe plusieurs similitudes entre ces deux affaires, dont la part très importante des rumeurs qui ont joué dans l’arrestation de Marie Besnard comme dans celle d’Urbain Grandier. Marie Lafarge, l’une des plus étonnantes énigmes d’empoisonnement. Une fièvre typhoïde interrompt sa scolarité à douze ans. En 1914, elle s’éprend d’Auguste Antigny, un cousin germain né en 1898, dont la santé est si fragile qu’il est constamment malade et doit être réformé lorsque la guerre éclate. Le 12 avril 1920, Marie finit cependant par l’épouser.

Dépressive, Marie part se reposer chez sa cousine Pascaline Antigny, à Loudun, en septembre 1928. Elle y rencontre Léon Besnard, cordier et gros propriétaire foncier, qui la courtise, même lorsqu’elle retourne chez elle, à Saint-Pierre-de-Maillé. Marie Besnard, mariés depuis dix-huit ans, partagent un repas champêtre dans la ferme des Liboureaux, ancienne exploitation agricole des parents de Marie à Saint-Pierre-de-Maillé. Avant de reprendre la route, Léon est victime d’un malaise et vomit son repas. Son état s’aggrave les jours suivants. Au cours de son agonie, de nombreux amis sont venus rendre visite à Léon, dont Louise Pintou, veuve employée des postes, amie et locataire des époux Besnard, dont la rumeur prétend qu’elle est la maîtresse de Léon.

Léon Besnard, avant de mourir, lui avait confié  que sa femme lui avait servi de la soupe dans une assiette où se trouvait déjà un liquide . Aussi écrit-il une lettre au procureur de la République, le 4 novembre, pour lui faire part de ses doutes. L’affaire est cependant vite classée, les rapports des gendarmes signalant que  Mme Pintou est fréquemment en congés pour neurasthénie et que M. 5 février 1949, persuadent les deux accusateurs que Marie Besnard est une  sorcière  à l’origine de ces deux autres faits et s’empressent de la dénoncer. Le couple trouve une place de concierges au château des Martins, chez M.

This entry was posted in Fantasy et Terreur. Bookmark the permalink.