Enfant d’éléphants PDF

La Madone de Port Lligat est une toile surréaliste de Salvador Dalí réalisée en 1950. Cette madone inaugure une étape de l’œuvre de Dali caractérisée par des toiles sur des sujets religieux. Avant de réaliser son œuvre définitive, Dali réalisa une étude de même composition, mais avec des couleurs distinctes. Cette version de dimensions bien plus enfant d’éléphants PDF donne une idée de la version définitive.


Enfant d éléphants est l histoire vraie d Ojas, petite fille de quatre ans qui vit parmi les éléphants, retirée dans le décor sauvage d une forêt du sud de l Inde, tel Mowgli, le personnage du Livre de la jungle, de Kipling.

Cette enfance singulière, elle la doit à sa mère, Prajna, qui a quitté la société pour retrouver les racines de sa culture, en allant vivre avec les éléphants, suivant l exemple d un ermite de la mythologie indienne, Palakapya, dont l histoire la hante.

Ce choix fait, Prajna renonce alors à une thèse de doctorat, au confort matériel et même à l idée d un enfant.

L arrivée d Ojas bouleverse ses résolutions. Enfant d éléphants, enfant de la fôret, Ojas grandit dans un environnement qui marquera son imaginaire et forgera son identité. Pourtant, le devoir de mère de Prajna lui rappelle, qu elle devra aussi préparer sa fille à affronter la société humaine et elle redoute ce moment où elle devra revenir vers ce monde qu elle avait choisi de quitter…

La toile représente une Vierge à l’enfant ou Madone avec le visage de Gala, la femme du peintre. La Vierge possède une ouverture rectangulaire dans son tronc dans lequel on peut voir l’enfant Jésus, qui a également une ouverture dans le thorax, dans laquelle on peut alors voir un morceau de pain. Les deux personnages sont sur un piédestal sous une arche. Leda atomica, maintenus en équilibre comme les éléments qui constituent l’atome.

Dans la partie supérieure du tableau on trouve un coquillage duquel coule un fil qui soutient un œuf. Ces objets sont pour Dali des symboles de vie et ceux qui se rapprochent le plus de la perfection euclidienne L’arche blanche se situe au-dessus de Gala et est divisée en quatre parties. Elle semble esquissée et mal peinte en plusieurs endroits. Avec la tête de la Vierge, des bas-reliefs sont représentés. Aux côtés de Gala, deux tables de bois sont représentées. Un panier de pain et un escargot de mer s’en détachent.

Sur le piédestal figurent plusieurs symboles importants pour Dali : de gauche à droite on trouve un chiffon, un coquillage, une fleur blanche fanée et l’autre épanouie, le poisson, deux haricots et un panier. Le piédestal possède une ouverture frontale divisée en trois parties. Le fond est très clair et des mariées flottent dans l’espace. Enfin, Dali représente comme dans une scène de théâtre les sommets de collines flottants dans l’espace. Le peintre réutilise de nombreux éléments de ses précédentes toiles dans La Madone de Port Lligat, comme Gala qui est ici peinte deux fois en costume de mariée, la baie de Port Lligat, le poisson, les coquillages et le morceau de liège suspendu au clou. D’autres éléments constituent les futures obsessions du peintre, tel que le rhinocéros à corne coupée qu’il considère comme un symbole de chasteté. La toile fait partie de la collection du musée d’art de Fukuoka au Japon depuis 2008.

This entry was posted in Etudes supérieures. Bookmark the permalink.