J’aide mon enfant dyslexique PDF

J’aide mon enfant dyslexique PDF UFAPEC juillet 2017 par A. Dysphasie : pourquoi un accompagnement parental est-il nécessaire ? Introduction Nous sommes des êtres de communication.


Qu’est-ce que la dyslexie ? Comment la dépister, la diagnostiquer ? Quels sont les dispositifs et les outils disponibles ? Ce guide s’adresse aux parents désireux de déceler, comprendre et accompagner les troubles dyslexiques de leur enfant. Pédagogique et pratique, émaillé de nombreux exemples, il vous seconde dans la gestion de ce trouble courant, décourageant et pourtant de mieux en mieux maîtrisé. Il vous propose des pistes pratiques pour aider votre enfant dans le travail à la maison et il constitue un précieux outil de dialogue avec les professionnels.

Quoi de plus désarçonnant que de se trouver face à un enfant pour qui l’usage de la parole n’est pas naturel ? Spontanément nous lions les problèmes de communication orale de l’enfant à de la surdité, des séquelles de lésions cérébrales ou une insuffisance intellectuelle. Ce déficit est durable dans le sens où il va persister tout le long du développement de l’enfant et il est spécifique, ce qui signifie que les difficultés de l’enfant sont circonscrites avant tout au langage oral. Il existe autant de formes de dysphasie que d’enfants dysphasiques. Ces enfants ont envie de communiquer, mais ils sont freinés par leurs difficultés de langage.

Il oublie son vocabulaire, il oublie des mots qu’il connaissait une semaine avant. Un dysphasique n’a pas de langue maternelle, il doit l’apprendre comme une langue étrangère. La mémoire à court terme est déficiente. Il vient de loin même au niveau de son comportement, de ses colères, il a fortement évolué. Il y a un boulot immense pour arriver à une certaine normalité.

Un diagnostic différentiel Le développement du langage ne se réalise pas toujours dans le même temps chez tous les enfants. Certains marchent plus tôt et parlent plus tard. Chaque enfant a son rythme propre et il faut le respecter. A l’APEAD, on souligne combien le chemin a parfois été long avant d’aboutir à un diagnostic de dysphasie. Et les adultes continuent parfois de passer à côté de cet enfant pour qui l’expression et la compréhension sont problématiques. Il est vrai qu’avant de poser un diagnostic, les spécialistes devront exclure d’autres possibilités. Une dysphasie et un problème de psychose infantile.

Consulter une équipe pluridisciplinaire spécialisée dans les problèmes de langage est donc primordial afin d’entreprendre dès que possible une rééducation spécifique aux difficultés rencontrées par l’enfant. La dysphasie de Jonas n’a pas été criante dès le départ. Il parlait très mal, personne ne le comprenait, sauf nous, mais mes deux premiers enfants n’étaient pas spécialement de bons parleurs. Mes beaux-parents demandaient aux grands de traduire ce que Jonas disait. On ne s’est jamais vraiment arrêté sur ses difficultés et cela ne l’a pas handicapé au niveau social. Toutes ces démarches prennent du temps, vu le nombre d’interlocuteurs à consulter, sont coûteuses financièrement, en temps, en déplacements et en stress pour l’enfant et sa famille. De plus, certains résultats d’examens, comme le test de QI, auront des répercussions énormes dans la sphère familiale.

This entry was posted in Famille et bien-être. Bookmark the permalink.