L’examen de la langue en médecine chinoise PDF

Dhanvantari, la divinité associée à l’ayurveda. L’ayurveda est une forme de médecine traditionnelle non-conventionnelle originaire de l’examen de la langue en médecine chinoise PDF’Inde également pratiquée dans d’autres parties du monde. Véda, ensemble de textes sacrés de l’Inde antique.


Les critiques de cette pratique dénoncent cependant l’utilisation de métaux lourds tels que le plomb, le mercure ou l’arsenic. Vedas: le Rig-Veda, le Yajur-Veda, le Sama-Veda et l’Atharva-Veda. Atharva-Véda reposaient essentiellement sur le son ou la parole. Les hymnes étaient alors des moyens de guérison et leur simple récitation avait, selon le texte, le pouvoir de soigner toute chose et n’étaient pas basés sur une médication.

Charaka, c’est le texte fondateur de l’Ayurveda. Sushruta, c’est le deuxième texte le plus important de l’Ayurveda. La principale voie de transmission du savoir au cours de cette période a été la tradition orale. La plus authentique compilation de ses enseignements et de ses travaux est actuellement disponible dans un traité appelé Sushruta Samhita.

Parallèlement, l’Ayurveda est réapparu en Europe à la Renaissance. Avec les différentes colonisations européennes, surtout britannique, cette médecine a subi de nombreuses pressions, et fut interdite par les Anglais. Selon l’Ayurveda, nous ferions partie intégrante du cosmos et les éléments primordiaux qui constituent l’univers nous imprègnent également en tous points. Ces cinq éléments ne devraient pas être compris au sens littéral mais représentent les notions d’espace, de mouvement, de chaleur, de flux et de solidité. Les doshas de l’Ayurveda et les cinq éléments dont ils sont composés.

Ces forces sont présentes à des degrés différents chez chaque individu. Cette doctrine des trois doshas — ou humeurs — est primordiale. Le ou les doshas dominants d’un individu déterminent ses tendances ainsi que ses forces et ses faiblesses. Les trois doshas sont composés des cinq Mahabhutas.

This entry was posted in Informatique et Internet. Bookmark the permalink.