La France et le monde maritime face aux pollutions par hydrocarbures: Prévention, lutte & indemnisation PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. La gestion technique était assurée par la société Panship. Son équipage est constitué de 26 personnes. Le 14 février 1998, la société de classification Rina constate lors la France et le monde maritime face aux pollutions par hydrocarbures: Prévention, lutte & indemnisation PDF’un contrôle que l’Erika présente un état de délabrement.


« Une fois de plus la pollution par le pétrole est en première page. Une fois de plus des côtes de Bretagne sont souillées par les langues noires violacées du mazout. Des hommes ont péris englués. Images de cauchemar ». Le journal Le Marin du 22 octobre 1976, par cet extrait, nous plonge à sa façon au cœur de ce sujet maintes fois mis sous presse. En matière de littérature, les journalistes ont usé de la plume, les juristes de leur esprit de synthèse. Le sujet a été balayé, dépoussiéré et rangé à de nombreuses reprises. Aussi pouvons-nous nous demander de quelle façon il est encore possible de discuter de ce sujet ? La délicate plume de Marine Esvelin livre dans cet ouvrage les toutes dernières clés nécessaires à la compréhension des risques afférant au transport des hydrocarbures par voie maritime. Ces clés, à la fois juridiques et techniques, sont la porte d’entrée d’un monde qui semble hostile et qui, pourtant, est au centre de nos activités économiques. De la prévention des pollutions aux indemnisations, cet ouvrage d’actualité nous rappelle qu’il faut apprendre à mieux connaître les navires, sans oublier d’aimer la mer.

Une manœuvre est effectuée sur les ballasts pour équilibrer le bateau. Le Nautic ne parvient pas à les joindre mais transmet la demande à d’autres bateaux proches. Fort George, se déroute pour venir en aide à l’Erika mais le commandant leur répond que la situation est sous contrôle et qu’il ne réclame pas assistance. Le commandant de l’Erika confirme que la gîte est sous contrôle et qu’il n’a plus besoin d’aide. Les fissures du pont ne sont pas évoquées. Ce sera la seule fois où l’Erika et le Cross entreront en contact phonique. Le commandant fait communiquer les ballasts no 2 bâbord et tribord jusqu’à ce que leurs niveaux soient équilibrés.

Erika confirme à son gestionnaire nautique Panship qu’il maîtrise la situation, qu’il a annulé sa demande d’assistance, et qu’il fait route inverse. Erika met le cap vers Donges-Saint-Nazaire, le port le plus proche. Cross demande à l’Erika de préciser son port de refuge. 2 sont équilibrés avec un ullage de 10 m et leur traverse de communication est fermée.

Erika informe Panship que Total a été contacté et qu’il fait route sur Donges. Erika confirme la situation à Total et l’informe des mesures prises. Stockaloire transmet les directives à l’Erika pour contacter le Cross A Étel. Cross demande à l’Erika de décrire précisément l’état du bateau et des problèmes de fuites afin d’en faire part au port de Saint-Nazaire. Localisation des pollutions engendrées par le naufrage.

3 tribord est constatée et a fait monter l’ullage de la citerne de 1,5 à 4 m. L’Erika met le cap au 085 afin d’atteindre Donges aussi vite que possible. Il lui transmet ensuite un message pour demander sa position. La préfecture maritime est informée et le Cross s’occupe de l’organisation du sauvetage. Erika informe Panship que le bordé de muraille du ballast no 2 tribord s’arrache sur la moitié de sa longueur, se rabat sur le pont et coule. Total que les tôles de bordé s’arrachent toujours.

Super Frelon est sur place et se met à évacuer l’équipage par hélitreuillage. Des observations aériennes en mer sont effectuées par les Douanes et la Marine nationale et plusieurs nappes à la dérive sont repérées. Pour lutter contre la pollution, la solution du pompage est choisie. Total met un bitumier à la disposition de la Marine nationale. Après plusieurs essais, 60 m3 d’émulsion parviennent finalement à être récupérés le 20 décembre. L’île de Groix, face à Lorient, est particulièrement affectée.

Le 30 décembre, le temps devient plus favorable et le pompage peut reprendre. De petites opérations de pompage sont menées ainsi que le chalutage au large de la Vendée. 2000 : Le premier rapport sur le naufrage du pétrolier est remis au gouvernement. Durant l’été 2000, le pompage du pétrole restant dans les parties immergées du navire est entrepris. Il sera récupéré 11 245 tonnes de fioul lourd. L’opération a été prise en charge et payée par la société Total-Fina-Elf, affréteur du navire et qui s’était déclarée  non responsable .

This entry was posted in Art, Musique et Cinéma. Bookmark the permalink.