La Poetique D’aristote PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Aristote portant sur l’art poétique et plus particulièrement sur les notions de tragédie, d’épopée et d’imitation. Il a été rédigé probablement autour de 335 av. Les liens la Poetique D’aristote PDF la Métaphysique et la Poétique sont nombreux bien que dispersés.


This book was originally published prior to 1923, and represents a reproduction of an important historical work, maintaining the same format as the original work. While some publishers have opted to apply OCR (optical character recognition) technology to the process, we believe this leads to sub-optimal results (frequent typographical errors, strange characters and confusing formatting) and does not adequately preserve the historical character of the original artifact. We believe this work is culturally important in its original archival form. While we strive to adequately clean and digitally enhance the original work, there are occasionally instances where imperfections such as blurred or missing pages, poor pictures or errant marks may have been introduced due to either the quality of the original work or the scanning process itself. Despite these occasional imperfections, we have brought it back into print as part of our ongoing global book preservation commitment, providing customers with access to the best possible historical reprints. We appreciate your understanding of these occasional imperfections, and sincerely hope you enjoy seeing the book in a format as close as possible to that intended by the original publisher.

Aristote distingue ainsi dans la Métaphysique trois types de sciences : les sciences théorétiques, les sciences pratiques et les sciences poétiques. La Poétique étudie la partie poétique dans une perspective descriptive et normative. Les liens entre la Poétique et la Rhétorique sont très étroits. Mais on peut aussi mettre en relation la Poétique et la Politique d’Aristote dans la mesure où la notion clé qu’est la catharsis fait son apparition dans ces deux livres. Le plan de la Poétique d’Aristote n’est pas toujours parfaitement cohérent et facile à déterminer. Dans les chapitres 5 à 22, Aristote traite essentiellement de la tragédie, de la catharsis même s’il aborde aussi des questions relatives à l’expression, à la métaphore et il consacre aussi des courtes réflexions aux autres arts, notamment l’épopée, laquelle est analysée en profondeur dans les chapitres 22-24. Enfin, dans les chapitres 25 à 26 Aristote aborde un certain nombre de problèmes relatifs à Homère.

Dans la Poétique, Aristote reprend le concept de mimesis à Platon et semble, par là, s’inscrire dans la tradition platonicienne en présentant l’art comme une imitation. En effet, Platon explique au livre X de La République que l’œuvre d’art n’est qu’une imitation d’imitation, la copie d’une copie. C’est sur ce point qu’Aristote se sépare de Platon. En effet, Aristote ne songe pas à exclure les artistes-imitateurs de la cité. Aristote présente en effet la notion d’imitation sous un jour tout à fait nouveau.

Selon Aristote, il y a deux raisons à cela. D’abord ils en retirent du plaisir car l’objet, tel que le représente le poète ou l’artiste, est plus beau qu’en réalité. En outre, les hommes, par le travail des poètes, accèdent à une certaine forme de connaissance. Le poète permet de faire connaître la forme ou l’essence des choses car en voyant un objet représenté par un artiste, nous nous disons  tiens, c’est exactement ainsi qu’est la chose . Le plaisir esthétique fait ainsi sa première apparition dans l’histoire de la philosophie. En ce qui concerne la connaissance, Aristote s’oppose ici aussi radicalement à Platon qui nous exhorte à nous détacher des apparences sensibles et à nous tourner vers la réalité Idéale.

L’imitation de l’action, c’est l’histoire, et cette histoire est le principe premier. Les caractères — c’est-à-dire ce qui fait des personnages qu’ils sont ce qu’ils sont — viennent en second. La tragédie pourrait avoir été d’abord liée au Satyre, compagnon mi-homme mi-bouc de Dionysos. Elle soulève toutefois des difficultés : le satyre n’est jamais appelé  bouc  dans les textes grecs et bien peu de choses semblent relier les tragédies grecques conservées et le genre satirique. Lorsque Aristote définit la tragédie, il distingue deux points essentiels dans son évolution. En effet, Eschyle était le premier à porter de un à deux le nombre des acteurs sur scène, à diminuer les interventions du chœur, et à donner le premier rôle au dialogue. Il s’agit d’une histoire qui possède une introduction, un développement et une fin.

This entry was posted in Dictionnaires, langues et encyclopédies. Bookmark the permalink.