Le développement durable PDF

Développement durable et lutte contre la déforestation en Amazonie brésilienne: le bon, le mauvais et le pire C. Le développement durable PDF comprend la forêt tropicale continue la plus vaste du monde et héberge environ 20 pour cent des espèces végétales et animales présentes sur la terre.


Traiter du développement à l’heure actuelle constitue à la fois une saisissante illustration de la complexité socio-spatiale croissante de notre planète et une démarche destinée à montrer combien l’euphorie induite par la croyance en un progrès indéfini consécutive à la révolution scientifique et technique a incité les hommes à l’insouciance dans leur recours aux ressources de la Terre. Depuis l’ère industrielle, le gaspillage des matières premières et des sources d’énergie, la consommation peu réfléchie de l’espace ont donné lieu à un développement socio-économique désordonné. Nous sommes aujourd’hui dans une situation de carence alarmante : les actions anthropiques ont perturbé l’environnement à un point tel que d’urgents changements de comportement sont désormais indispensables pour lutter contre les répercussions des agressions contre les écosystèmes, paysages, cycles de l’eau et du climat ; l’artificialisation urbanistique inconsidérée a accéléré la crise ; l’aménagement dans une optique surtout productiviste a fait faillite. Les peuples et leurs responsables sont tenus de mettre en place, dans une optique à long terme, des mesures de maîtrise environnementale et sociétale permanente, respectant la diversité, elle-même garantie par une démarche éthique. Passer à un développement fondé sur la préservation des richesses naturelles et anthropiques est devenu une ardente nécessité. Le présent ouvrage s’adresse aux candidats aux concours, aux étudiants en géographie et en sciences sociales. Au moment où le terme  » développement durable  » apparaît à tort et à travers dans les médias et les discussions de nature politique ou sociétale, il est utile que le grand public puisse se faire une opinion sereine sur une question qui engage l’avenir de tout habitant du globe. Ce livre est donc destiné aux citoyens responsables, soucieux de l’orientation que prennent les affaires publiques, dans la mesure où les décisions prises aujourd’hui et demain sont primordiales pour la survie de l’humanité et capitales pour la génération montante. Le collectif d’auteurs spécialisés qui a participé à la rédaction de cette publication, a mis l’accent tant sur les éléments d’unicité que sur l’extrême diversité et complexité de la problématique soulevée, ainsi que sur le rôle géopolitique déterminant joué désormais par la vision d’un développement dit durable à l’échelle planétaire. Les approches proposées au lecteur doivent faciliter la prise de conscience des principaux aspects de la question et des difficultés majeures qui y sont liées.

L’établissement d’une économie basée sur les ressources forestières offre d’énormes possibilités. LE PIRE Au cours des trois dernières décennies, l’utilisation des terres en Amazonie brésilienne s’est caractérisée par l’exploitation intensive des ressources naturelles, qui a donné lieu à une mosaïque d’habitats altérés par l’homme, sans améliorer sensiblement la qualité de la vie et la répartition des revenus des populations locales. Les arbres dans les forêts amazoniennes renferment de 60 à 80 milliards de tonnes de carbone, plus que les émissions mondiales dégagées par les humains en une décennie. Près du tiers de la forêt amazonienne a été dégradée par l’application de ces pratiques non durables. L’exploitation forestière et la conversion des forêts n’ont abouti ni à un développement réel, ni à des occasions d’emploi, ni à une répartition plus équitable des revenus parmi les populations locales, ni à des avantages environnementaux pour la région. Actuellement, 45 pour cent environ de la population de l’Amazonie brésilienne ont des revenus inférieurs au seuil de pauvreté.

LE MAUVAIS La déforestation en Amazonie brésilienne est le résultat de l’interaction complexe de nombreux facteurs directs et indirects, tels que l’exploitation minière, l’exploitation forestière, les subventions à l’élevage extensif, les investissements dans l’infrastructure, les questions de régime foncier, la faible application des lois et le prix élevé des graines fourragères et de la viande. Toutefois, ces dernières années, l’agriculture à grande échelle a fait l’objet d’une forte expansion, devenant le facteur le plus récent de déforestation de la région. Le soja peut être utilisé aussi comme combustible. Le Gouvernement brésilien a ordonné qu’à partir de 2008 le diesel contienne 2 pour cent de biocombustibles. En 2013, cette augmentation passera à 8 pour cent, portant ainsi la consommation de biocombustibles à 2,5 millions de litres par an. Cette politique, associée à l’intérêt exprimé par d’autres pays pour des combustibles de rechange, a encouragé les producteurs locaux à étendre leurs plantations de soja. Bien que la demande accrue de soja et l’augmentation des biocombustibles représentent d’excellents débouchés pour le Brésil, le défi consiste à augmenter la production sans encourager la déforestation.

Le Ministère de l’agriculture déclare que la superficie totale des terres déjà déboisées et des terres cultivables est plus que suffisante pour étendre les plantations de soja, sans recourir à de nouveaux défrichements. L’agro-industrie a représenté l’un des principaux facteurs responsables de la mise en place de nouvelles infrastructures dans la région, notamment les routes. Le plan actuel du gouvernement pour les infrastructures en Amazonie prévoit le revêtement routier, de nouveaux projets de production d’énergie hydroélectrique et la construction de voies navigables et de ports. Il pourrait changer drastiquement la situation sociale, économique et environnementale de la région. En cherchant à mettre en œuvre le développement durable dans cette région particulière, la société civile a parrainé un mouvement populaire en faveur de la planification régionale participative.

Le gouvernement fédéral a ensuite formé un groupe de travail avec la participation de 21 institutions fédérales pour élaborer le «Plan durable Br163», fondé sur des études et des enquêtes publiques. La planification régionale impose la synergie des politiques publiques. Par exemple, en se fondant sur le rapport historique entre la déforestation et les routes en Amazonie brésilienne, Soares-Filho et al. La différence au plan de la déforestation entre ces deux scénarios serait de l’ordre de 1 million de kilomètres carrés. La déforestation, facilitée par le revêtement des routes et la faible application des lois, pourrait accroître aussi de façon spectaculaire les émissions annuelles nettes de carbone de l’Amazonie. 15 milliards de tonnes dans le scénario de gouvernance. Les aires protégées revêtent un rôle important dans la conservation des forêts et de la biodiversité.

LE BON La plupart des recommandations formulées dans le scénario de gouvernance de Soares-Filho et al. Le gouvernement fédéral reconnaît maintenant que la réduction de la déforestation ne concerne pas uniquement le Ministère de l’environnement, ainsi qu’il a été estimé jusqu’à présent. Il a institué un comité comprenant des représentants de 14 ministères pour élaborer et exécuter un plan visant la réduction de la déforestation en Amazonie. La surveillance et le contrôle des défrichements illégaux ont été fortement intensifiés.

La matrice énergétique du Brésil est sensiblement plus propre que celle des autres pays en développement. Pour renforcer l’importance sociale, environnementale et économique des forêts, une nouvelle loi relative à la gestion des forêts publiques a été promulguée en 2006. Elles peuvent devenir aires protégées, être allouées aux populations autochtones ou être utilisées durablement pour des objectifs économiques dans le cadre de concessions forestières. REMARQUES CONCLUSIVES Les obstacles au développement rural durable et à la conservation dans les zones reculées de la région sont complexes et difficiles à surmonter. Il faudra un soutien et des incitations à l’extension croissante des aires protégées. Le développement s’est déroulé en différents stades en Amazonie brésilienne. Maintenant que le pays a assuré la promotion de la protection et de l’utilisation durable des forêts, il importe de rendre permanents ces acquis.

Cependant, malgré les résultats obtenus, de nombreux défis restent encore à relever, mais le pays peut compter désormais sur une volonté politique et civique plus forte que jamais pour les affronter. Selective logging in the Brazilian Amazon. Integrating ecosystem management, protected areas and mammal conservation in the Brazilian Amazon. Tropical deforestation as a source of greenhouse gas emission. Tropical deforestation and climate change, p. Belém, Brésil, Instituto de Pesquisa Ambiental da Amazônia.

Forward Brazil: environmental costs for Amazonia. Ministère des sciences et de la technologie, Brésil. Inventory of anthropogenic emissions by sources and removals by sinks of greenhouse gases not controlled by the Montreal Protocol: Brazil’s initial national communication, Part II. Brasilia, Brésil Disponible à l’adresse: www. Cropland expansion changes deforestation dynamics in the southern Brazilian Amazon.

This entry was posted in Tourisme et Voyages. Bookmark the permalink.