Lecture CE1 : pour se perfectionner en lecture PDF

En pratique : Quelles sources sont attendues ? IG Farben et lecture CE1 : pour se perfectionner en lecture PDF les seuls  enregistreurs à ruban .


Magnétophone classique à bande en bobine. Quatre périodes marquent l’évolution de ces techniques : mécanique, électromécanique, magnétique et enfin électronique. En 1857, Édouard-Léon Scott de Martinville avait ainsi imaginé le phonautographe, appareil enregistrant des vibrations acoustiques sur du papier recouvert de noir de fumée. En 1877 la sauvegarde du son s’opère par déformation permanente d’un support matériel. Elle en permet alors sa restitution. L’énergie acoustique est d’abord transformée en énergie électrique maniable et susceptible d’amplification afin d’actionner le burin graveur avec plus de sensibilité et de précision.

Merriman utilisent un amplificateur avec triode permettant la gravure. Dès 1888, l’américain Oberlin Smith propose un procédé permettant d’enregistrer les sons en magnétisant un fil de fer. L’enregistrement se fait en plaçant une pile électrique entre le microphone téléphonique et la tête magnétique. La lecture se fait en raccordant un écouteur téléphonique directement à la tête magnétique. Oberlin Smith n’est parvenue jusqu’à nous.

Ce n’est qu’en 1898 que Valdemar Poulsen construit son Télégraphone, machine capable d’enregistrer les sons sur fil de fer souple, sur disque de fer et sur bande de fer souple. Genest, qui se désintéressera rapidement du projet. Bien que la machine fonctionne relativement bien au regard de sa simplicité, il n’offre pas une qualité d’enregistrement suffisante et se limite à la diction. La société allemande Max Kohl le perfectionne en 1921 en y ajoutant un amplificateur très rudimentaire utilisant une lampe triode: l’enregistrement se fait sur disque magnétique. Un magnétophone à fil magnétique dans les studios de la BBC en 1937.

En 1928, l’allemand Fritz Pfleumer fabrique le véritable ancêtre du magnétophone. Travaillant dans une société de fabrication de cigarettes, il met au point une bande de papier fin recouverte de poudre de fer. Sa machine utilise un amplificateur à lampes et la firme AEG rachète le brevet en 1930. Au début, les bandes sont en papier. La qualité est encore médiocre et les ruptures sont courantes.

En 1932, AEG élargit la bande à 6,5 mm et décide de travailler sur un nouveau support plus résistant: les premières bandes à base d’acétate voient le jour en 1934. IG Farben perfectionne la bande en 1936 en remplaçant le carbonyle par l’oxyde de fer Fe2O3 de couleur noire. Ce n’est qu’en 1939 que l’oxyde de fer brun Fe2O3 sera utilisé pour une meilleure qualité sonore. Adolf Hitler et ses proches feront grand usage du magnétophone pour leurs discours radiophoniques : les discours publics comme ceux du Reichstag étaient systématiquement enregistrés.

D’autres étaient enregistrés au préalable et diffusés depuis les studios après que l’orateur eut quitté les lieux, déjouant ainsi tout attentat. Dès 1939, AEG travaille sur une tête à deux entrefers permettant d’enregistrer deux pistes sur la même bande. Au départ, ce n’est que pour enregistrer le même signal en push-pull, mais cette méthode n’aboutit pas. Les premiers enregistrements stéréophoniques sont effectués en 1942.

This entry was posted in Sciences humaines. Bookmark the permalink.