Litteul Kévin, tome 5 PDF

Litteul Kévin, tome 5 PDF série met en scène Gilbert Jourdan, jeune licencié de droit, qui dirige un cabinet de détective privé. La série a marqué par la qualité de son scénario, sa mise en scène cinématographique et l’atmosphère qui s’en dégage, ainsi que par les très nombreux accidents de la route présents et montrés souvent de manière réaliste, contrairement aux bandes dessinées de l’époque.


Que dire de ce cinquième album de la célèbre saga de Litteul Kévin, sinon qu’il était très attendu par un nombre toujours croissant de fans en tous genres, des inconditionnels de BD aux amateurs de gros cubes. En quelques années, COYOTE a su installer son petit héros dans un univers bien à lui, où la morale familiale traditionnelle tutoie parfois le monde des bikers tatoués jusqu’aux oreilles. Avec un dessin classique très efficace, il sait nous plonger dans ce monde de simple bonne humeur, de réparties savoureuses et complices entre le petit Kévin et ses parents toujours aussi attachants (surtout sa mère !). Dans ce cinquième album, COYOTE nous raconte neuf histoires d’un Kévin toujours aussi « Litteul » mais de plus en plus blagueur et taquin, surtout avec les nouveaux personnages qui élargissent la famille : la baby-sitter, la belle-mère, le voisin Ducaillou, et surtout… le petit chien, nouvelle mascotte de la bande. Humour brillant et lisse comme un chrome de Harley.

Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 2 octobre 2017 à 03:31. Si ce bandeau n’est plus pertinent, retirez-le. En pratique : Quelles sources sont attendues ?

Une motocyclette Triumph T110 de 1954. Side-car avec une cabine fermée Moto Guzzi. Une motocyclette, plus couramment désignée par son abréviation moto, est un véhicule motorisé, sans carrosserie, à deux roues le plus souvent monotraces, pouvant être équipé d’un side-car. Motocyclette  est un nom propre, déposé en 1897 par les frères Eugène et Michel Werner, fabricants installés à Levallois-Perret, puis devenu nom générique. Comme souvent, lorsqu’une technique est émergente, sa finalisation se produit en plusieurs endroits presque simultanément. Cependant, rien ne certifie que ce  vélocipède  ait roulé avant 1871. Il était équipé, alors, d’un moteur à vapeur entraînant la roue arrière et de pédales agissant sur la roue avant.

Ces affirmations autorisent les Américains à s’attribuer la paternité de l’invention de la moto. Cependant, contrairement à l’invention de Perreaux, il n’en reste aucune trace, ni même un brevet prouvant son existence. Eugène et Michel Werner commercialisent un cycle à moteur placé au-dessus de la roue avant, auquel ils donnent le nom de  motocyclette . La motocyclette était très peu fiable à ses débuts. Elle obligeait à effectuer des interventions mécaniques fréquentes.

Mais très vite l’usage de la moto se répandit en commençant par être un outil de travail des professions libérales. La Première Guerre mondiale a favorisé son utilisation à des fins militaires. Renault 4CV, Citroën 2 CV, etc. Alors que l’embourgeoisement semblait accessible à tous ceux qui, notamment à travers l’automobile, revendiquaient l’accès à une  grande classe moyenne , c’est finalement un dur retour aux réalités de la domination sociale, exprimé lors du printemps de mai 1968, qui sonna le retour à la motocyclette. De plus certaines limitations sont également apparues, en termes de puissance ou bien de permis de conduire.

This entry was posted in Bandes dessinées. Bookmark the permalink.