Miyamoto, l’adepte du sabre: Légende PDF

Dans ce nom japonais, le nom de famille, Miyamoto, précède le nom personnel. Musashi Miyamoto, l’adepte du sabre: Légende PDF avec deux bokken, estampe de Utagawa Kuniyoshi. Fujiwara est le nom de la lignée aristocratique à laquelle il appartient.


La légende de Miyamoto MUSASHI adepte et grand maître de sabre, dont l’histoire est arrivée jusqu’à nous. Sa vie, son oeuvre « traité des cinq roues ». Il est une légende au Japon

Ichijoji Sagarimatsu, monument sur le lieu du combat entre Musashi et la koryu Yoshioka. Son grand-père était un très bon escrimeur et son seigneur, Shimmen Iga-no-kami, en récompense, lui permit de porter son nom de famille. C’est pourquoi Musashi a signé le Livre des cinq anneaux du nom de Shinmen Musashi. Le père de Musashi était connu sous le nom de Muni.

Pour des raisons obscures, peut-être à cause de la jalousie qu’il avait suscitée autour de lui, Munisai s’éloigna de l’entourage du seigneur Shinmen et se retira dans le village de Miyamoto-mura situé aux alentours. Il semble que Musashi y soit né et ce serait là l’origine du surnom qui lui fut donné : Miyamoto Musashi. Son père mourut alors qu’il était âgé de 7 ans. Des chercheurs japonais indiquent qu’il s’agirait plutôt de son beau-père. Selon une légende, Miyamoto Musashi se serait moqué de son père escrimeur et aurait fini par l’impatienter.

Ce jour-là, Munisai était occupé à se tailler un cure-dent et, lassé des moqueries de son rejeton, il perdit son sang-froid et lança son couteau en direction de son fils qui esquiva l’arme de la tête. Encore plus furieux, Munisai aurait relancé la lame. Aucune source fiable n’indique le nom de Sasaki. Il se pourrait qu’il se soit plutôt appelé Kojirō Ganryu.

Musashi entra ensuite au service de la famille des Hosokawa, fidèle famille apparentée à celle du shogun. Il y entra uniquement à titre d’invité, ce qui expliquerait la solde relativement modeste qu’il toucha pour ses services. Dans aucun texte écrit par Musashi, il ne mentionne directement ses adversaires, mis à part Arima Kihei, le premier. Il ne nomme pas Sasaki Kojiro ou Shishido Baiken, pas plus que la famille Yoshioka, pourtant nombre d’entre eux sont restés célèbres, intégrés à sa légende. Dans l’un de ses combats, Musashi affronte Nagatsune Hachiemon, un maître lancier au service de Tokugawa Yoshinao, d’Owari. Après une conversation, ils décident qu’un duel serait inutile et, à la place, Nagatsune l’invite à disputer une partie au jeu de go contre son fils, ce que Musashi accepte. Pendant la partie, le fils de Nagatsune se révèle fort talentueux et ils sont vite absorbés par le jeu, quand soudain Musashi s’écrie :  N’essaie même pas !

This entry was posted in Etudes supérieures. Bookmark the permalink.