Petit Almanach Des Dames, Volume 2 PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Manuscrit Tacuinum Sanitatis, Bibliothèque nationale petit Almanach Des Dames, Volume 2 PDF Vienne, v.


This book was originally published prior to 1923, and represents a reproduction of an important historical work, maintaining the same format as the original work. While some publishers have opted to apply OCR (optical character recognition) technology to the process, we believe this leads to sub-optimal results (frequent typographical errors, strange characters and confusing formatting) and does not adequately preserve the historical character of the original artifact. We believe this work is culturally important in its original archival form. While we strive to adequately clean and digitally enhance the original work, there are occasionally instances where imperfections such as blurred or missing pages, poor pictures or errant marks may have been introduced due to either the quality of the original work or the scanning process itself. Despite these occasional imperfections, we have brought it back into print as part of our ongoing global book preservation commitment, providing customers with access to the best possible historical reprints. We appreciate your understanding of these occasional imperfections, and sincerely hope you enjoy seeing the book in a format as close as possible to that intended by the original publisher.

Le Petit Albert est un grimoire dit  de magie , peut-être inspiré par les écrits de saint Albert le Grand. Il est imprimé en France pour la première fois en 1668, puis réédité de façon continue. Apporté jusqu’au plus petit hameau dans les sacoches des colporteurs, il représente un succès d’édition phénoménal, malgré sa réputation sulfureuse ou grâce à elle. Le Petit Albert est en général mentionné en même temps que le Grand Albert, un autre grimoire.

Albert le Grand a été canonisé. Les écrits du Maître Albert ne sont évidemment pas imprimés à son époque. Ils le sont pour la première fois en France en 1651 par Beringos à Lyon, ce qui représente un écart de plus de 400 ans entre la date estimée de la rédaction et celle de l’impression, plage de temps qui ouvre de nombreuses possibilités d’évolution du texte. Le Grand et le Petit Albert se réclament d’Albert le Grand. Cette revendication n’est pas à prendre au pied de la lettre.

Pour s’en tenir au Petit Albert, objet de cet article, il ne manque pas, au fil des pages, de références à des auteurs postérieurs à Albert le Grand, comme Paracelse, très largement cité, ni de mentions d’événements non survenus ou d’objets inconnus à l’époque de Maître Albert. La réaction de l’Église catholique au XIXe et au début du XXe est extrêmement négative, les deux  Albert  étant assimilés à de la magie noire. On les lit donc en cachette, on les cache sous une poutre au grenier, on se demande lequel des voisins pourrait en posséder un exemplaire. Comme on est quand même bon chrétien, on tente de faire bénir le livre par surprise : on le cache sous la nappe de l’autel, dans ce but. On dit que le diable cherche à reprendre ses livres, on prétend aussi qu’il est dangereux de détruire soi-même un Albert, et qu’il faut le confier au prêtre à cet effet.

Ancien régime, et même avant le Siècle des Lumières, alors que l’Église avait toute latitude pour le faire interdire. Seignolle, il s’en est vendu 400 000 par an rien qu’en Ardenne Belge. C’est dire que chacun en possède un, même si chacun feint de s’indigner de l’existence de ces livres. Le profil du lecteur n’est pas celui du sorcier, mais celui de Monsieur Tout le Monde, qui à l’époque était cultivateur, et qui était même en général profondément chrétien, puisque la France n’était pas encore déchristianisée.

Ce succès est d’autant plus remarquable que ces livres ne sont d’aucune utilité pour le paysan, car les formules sont peu praticables. Cependant, l’almanach qui accompagnait le livre rendait au moins les services d’un calendrier, fournissait un peu de lecture, faisait rêver. Certaines des méthodes indiquées sont plutôt des recettes visant des buts extrêmement pratiques, du moins dans l’intention affichée car, à les lire de près, elles nécessitent souvent des ingrédients rares, coûteux, ou difficiles à identifier. Les personnes à qui les procédés sont destinés occupent tout l’éventail social. La main de gloire est un instrument apprécié des cambrioleurs. Les recettes de savon et l’eau de toilette, qui incluent de nombreux ingrédients coûteux venus du monde entier, sont probablement celles des apothicaires des dames de la Cour.

Autre tromperie par la tête de saint Jean. Le livre ne contient aucune invocation du diable, ni aucun projet affiché de nuire gravement à son prochain. Les recettes de cuisine et de vie pratique en général occupent la plus grande partie des pages. La même recette pour  nouer l’aiguillette  servira à l’une à obtenir une tranquillité temporaire, à l’autre à  castrer méchamment .

This entry was posted in Tourisme et Voyages. Bookmark the permalink.