Physique appliquée à l’exposition externe : Dosimétrie et radioprotection PDF

Physique appliquée à l’exposition externe : Dosimétrie et radioprotection PDF dosimétrie est une obligation réglementaire imposée à l’employeur pour tout travailleur exposé du fait de son activité si la dose potentielle dépasse la limite admise pour le public. Pour la contamination interne, l’appréciation de la dose est plus complexe. Le dosimètre actif permet au travailleur une autosurveillance du risque auquel il s’expose, néanmoins, la mesure qui fait foi vis-à-vis des limites réglementaires est celle du dosimètre passif.


Cet ouvrage fait la synthèse de nombreuses années d’expériences en dosimétrie et techniques de protection contre l’exposition externe, aussi bien dans le domaine industriel que médical. Il rappelle les concepts physiques de base puis propose un certain nombre d’outils d’évaluation des nuisances radiologiques, et les moyens de s’en prémunir, en détaillant notamment les techniques de calcul pour des blindages appropriés. Le premier chapitre traite de la définition des grandeurs radiométriques et dosimétriques fondamentales. Il permet d’aborder au chapitre 2 la question de l’interaction rayonnement-matière sous un angle dédié au dépôt de la dose dans les tissus biologiques. Le troisième chapitre définit quant à lui les grandeurs de protection et les grandeurs opérationnelles liées à la radioprotection. Dans les deux chapitres suivants, l’accent a été mis sur la définition des risques et contre-mesures associées (i.e. protections biologiques) inhérents aux sources de rayonnements (photons, neutrons, particules chargées) produits par des installations usuelles, radionucléides, générateurs X, accélérateurs (électrons, ions), ou en développement (laser de puissance, accélérateurs…) pour un domaine d’énergies que l’on peut qualifier de moyennes (de 0 à 200 MeV). Enfin, un chapitre en fin d’ouvrage est entièrement consacré aux codes de calculs de transport de particules exploitant la méthode Monte-Carlo. L’ouvrage est illustré par un grand nombre d’exemples avec applications numériques permettant de mieux appréhender les concepts abordés. Dédié aux professionnels de la radioprotection, de la dosimétrie et de la mesure nucléaire, cet ouvrage permet également de compléter le cursus des étudiants de niveau technicien à ingénieur.

Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. La dosimétrie passive était réalisée autrefois grâce à des dosimètres films-badges, appelés aussi dosifilms, remplacés actuellement par des composants radioluminescents. Ils servent à mesurer les doses reçues, de rayonnement β, X, γ et neutron en donnant une réponse différée. Le dosifilm est porté à hauteur de la poitrine. Cet emplacement a été choisi, car il correspond à la valeur moyenne de l’exposition totale du corps. Le principe de la dosimétrie passive consiste en l’utilisation de films recouverts d’émulsions qui ont des sensibilités sélectives pour les différents types de particules. On mesure la noirceur globale du film qu’on compare à une échelle témoin.

Ce dosimètre est donc à lecture différée et fonctionne comme un film photographique ou selon le principe de la thermoluminescence. Cette technologie, apparue dans les années 1990, est maintenant très répandue. Chaque mois, plus de 1,5 million de personnes portent ces dosimètres dans le monde. Lors de l’exposition de ce dosimètre sous des rayonnements ionisants, des charges se trouvent piégés dans le matériau sensible. La source de stimulation est facilement contrôlable. De ce fait une grande partie de l’information est conservée par le capteur.

Contrairement au TLD où les pièges sont entièrement vidés, l’OSL autorise la relecture du dosimètre. La technologie OSL utilise différents matériaux. La mesure de dose s’effectue grâce à une fine feuille de poudre d’oxyde d’aluminium dopé au carbone, Al2O3:C. Cette poudre résulte d’un cristal obtenu après mélange à haute température d’oxyde d’aluminium pur et de dopants. Cette dernière est ensuite enduite grâce à un liant entre deux bandes de film polyester.

This entry was posted in Dictionnaires, langues et encyclopédies. Bookmark the permalink.