Pour une histoire des sciences à part entière PDF

Noria d’après un manuscrit d’Al-Djazari, vers 1205. L’histoire des techniques est l’étude de toutes les réalisations techniques de l’Pour une histoire des sciences à part entière PDF, de leur contexte d’apparition comme de leurs répercussions sur la société. Baudet s’est efforcé d’élucider les liens entre histoire des techniques et histoire des sciences. Article détaillé : Chronologie de l’histoire des techniques.


L’histoire des sciences est-elle une histoire comme les autres ? Longtemps apanage exclusif des philosophes, elle était alors, au mieux, réduite à une reconstitution des avancées glorieuses de la science, au pire, à un catalogue des égarements de l’intelligence.

Professeur à la Sorbonne et directeur à l’E.H.E.S.S. (École des Hautes Études en Sciences Sociales), en même temps qu’il assumait la responsabilité du Centre international de synthèse et du Centre Koyré, Jacques Roger (1920-1990) a, tout au long de sa carrière, défendu et réalisé le projet d’une intégration de la science au sein de l’histoire intellectuelle et culturelle.

Dû aux soins de Claude Blanckaert (Centre Koyré) et de Jean Gayon (université de Bourgogne), ce livre, dont certains textes paraissent pour la première fois en France, constitue un ardent plaidoyer en faveur d’« une histoire historienne des sciences ».

L’auteur des Sciences de la vie, biographe de Buffon, y fait l’éclatante démonstration de la nécessité de retrouver l’unité de l’esprit humain, par-delà l’indifférence mutuelle entre le scientifique et le littéraire.

Certains auteurs défendent les idées selon lesquelles l’évolution des techniques est cumulative et la vitesse d’évolution augmente de manière exponentielle au cours de l’histoire : on parle de  l’accélération du progrès scientifique et technique . Sans prendre comme un dogme cette idée, l’histoire des techniques montre que les inventions individuelles sont toujours tributaires du contexte social et économique, et que leur devenir l’est encore plus. De brillantes inventions n’ont pas eu de suite pour cause de désintérêt, d’inutilité dans la suite de l’histoire de la société où elles sont nées. Exemples Héron d’Alexandrie, héritier d’une grande tradition de mécaniciens grecs, a développé des mécanismes d’automates à des fins d’amusements publics ou de commandes par des temples religieux voulant faire forte impression sur leur public. Le développement du moulin, à eau ou à vent, ne se comprend qu’avec son importance économique. L’aqueduc romain du Pont du Gard. De nombreuses observations de civilisations semblent indiquer que leur État a joué un rôle moteur dans l’épanouissement des techniques.

This entry was posted in Scolaire et Parascolaire. Bookmark the permalink.