Ressources minières en Afrique : Quelle réglementation pour le développement ? PDF

L’uranium est un élément chimique de symbole U et de numéro atomique 92, de la famille des actinides. L’isotope 235U est le seul isotope fissile naturel. MeV d’énergie non récupérable, communiquée aux ressources minières en Afrique : Quelle réglementation pour le développement ? PDF produits lors de la fission.


Le continent africain est riche en minerais indispensables aux économies occidentales. Pourtant, l’indus-trie minière contribue très peu au développement de l’Afrique. En analysant l’incidence des recommandations de la Revue des industries extractives (Extractive Industries Review) du Groupe de la Banque mondiale rendues publiques en 2003 sur un certain nombre de pays africains, les collaborateurs à cet ouvrage ont constaté qu’une dimension clé du problème réside dans les cadres réglementaires introduits dans les pays africains sur recommandation des institutions de Bretton Woods. Le propos de ce livre est de faire ressortir, pour les milieux de la recherche et pour ceux de décision publics et privés, l’importance de réviser les réglementations minières afin d’assurer qu’elles favorisent la création d’une industrie qui contribue au développement social et économique et à la protection de l’environnement sur le continent. Cet ouvrage adopte une approche pluridisciplinaire et fournit une perspective historique pour chaque pays, ce qui le rend particulièrement intéressant pour les étudiants et chercheurs dans le domaine du développement.

L’énergie récupérable est plus d’un million de fois supérieure à celle des combustibles fossiles pour une masse équivalente. L’uraninite, ou pechblende, est le minerai d’uranium le plus commun. Cette roche était de la pechblende, un minerai d’uranium qui contient principalement de l’U3O8. Klaproth parvint en la chauffant à en extraire un corps gris métallique. Il établit que l’urane était composé de deux atomes d’oxygène et d’un métal qu’il isola. Le minerai d’uranium est appelé uraninite, ou pechblende.

Les cinq plus gros producteurs au monde sont le Kazakhstan, le Canada, l’Australie, le Niger et la Namibie. Il est néanmoins trop peu concentré en isotope fissile pour être utilisé directement dans les centrales nucléaires de type Pressurized Water Reactor. Les centrales de type CANDU utilisent l’uranium non enrichi mais exigent beaucoup d’eau lourde comme modérateur. L’uranium est répandu dans les profondeurs du globe terrestre.

En termes de réserve mondiale, cependant, l’immense majorité de cette masse est bien sûr inexploitable dans les conditions économiques actuelles. 4,5 milliards de tonnes d’uranium dissous dans les océans. Les eaux douces en contiennent souvent aussi en diverses concentrations. 1990 et remonte dans les années 2000. Le Kazakhstan a connu une forte hausse de production dans les années 2000, passant de 3 300 t en 2001 à 17 803 t en 2003. La solubilité de l’uranium est liée aux conditions d’oxydoréduction du milieu. C’est une telle précipitation qui est par exemple à l’origine du gisement d’Oklo.

UF4 avec du calcium finalement pour obtenir du métal pur. MeV communiquée aux neutrinos inutiles et quasiment indétectables. L’uranium possède 26 isotopes connus, tous radioactifs, dont trois seulement sont présents à l’état naturel : 238U, 235U et 234U. La proportion d’235U décroît à l’échelle des temps géologiques. Uranium 234 Le troisième isotope, 234U, appartient à la chaîne de désintégration de l’238U.

This entry was posted in Livres pour enfants. Bookmark the permalink.