Sociologie du travail – 2e éd. – Les relations professionnelles PDF

Travailler mieux pour vivre mieux ! Pour ce qui est du travail le dimanche payé double, je suis pour. Non sociologie du travail – 2e éd. – Les relations professionnelles PDF travail le dimanche !


À l’heure de la globalisation, les protections statutaires qui sécurisaient le rapport salarial sont remises en chantier dans tous les pays industrialisés. Dans ce contexte, analyser en profondeur les stratégies des acteurs et les transformations des institutions, la dynamique des conflits et de la négociation collective apparaît comme une condition indispensable à la compréhension des nouvelles relations professionnelles. 
D’où l’importance de cet ouvrage. Partant d’une interrogation sur les difficultés propres à la France en matière de régulation du travail, cette deuxième édition profondément remaniée prend en compte les évolutions les plus récentes qui ont affecté les relations au travail : la crise économique et financière de 2008, l’émergence de nouveaux « territoires » professionnels aux niveaux local, européen et mondial, la réforme du dialogue social et des règles de la représentativité en France. Un nouveau chapitre analyse de façon approfondie les cas de quatre pays européens face à la crise. 

Antoine BEVORT est professeur de sociologie des relations professionnelles au CNAM. Membre du LISE (Laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique), associé au CNRS et au CNAM, ses recherches portent sur la question syndicale, la démocratie et le capital social. 
Annette JOBERT est directrice de recherche au CNRS, membre de l’IDHE (Institutions et dynamiques historiques de l’économie), associé au CNRS et à l’ENS Cachan. Spécialiste reconnue de la négociation collective, elle enseigne à l’ENS de Cachan et au CNAM.

Bien-être émotionnel au travail et changement organisationnel. Leclerc : vidéosurveillance excessive des salariés, vie privée et données à caractère personnel. Les murs ont des oreilles ! Travail indépendant : santé et conditions de travail. Comment analyser la charge physique de travail ? Liberté d’expression dans l’entreprise pour Gattaz, c’est bosse, crève et tais-toi ! La France a le patronat le moins libéral du monde!

L’Europe et la santé-sécurité au travail : quels acquis ? C’est la reprise aux Etats-Unis ! Drame du Rana Plaza : trois ans plus tard, où en est-on ? Certains slogans imbéciles ont décidément la vie dure. Travailler plus pour gagner plus ! Réduire le travail à sa seule rémunération, c’est-à-dire à sa seule composante thermodynamique de fourniture d’énergie et de matière relève de l’imposture.

Rien d’étonnant à cela puisque ceux qui nous rabâchent ce slogan sont des imposteurs qui pensent pouvoir subordonner leurs concitoyens à leur seule dimension pulsionnelle et hypothalamique. On pourra lire, avec beaucoup d’intérêt : « Le travail – Pourquoi travailler ». Et puis, et bien que ce ne soit pas le sujet, que dire des chiffres qui annoncent entre 1. 6 millions de travailleurs pauvres en France ? Le travail possède bien sûr de nombreuses autres dimensions.

Certaines sont plutôt bien définies ou circonscrites : contrat de travail, niveaux de rémunération, avancement, liens de subordination, etc. Le plus souvent et d’abord, ce sont des psychologues ou des ergonomes qui ont tenté de définir la notion de charge de travail. Les médecins du travail les ont maintenant relayés. La notion de charge de travail a très fréquemment une acception négative qui tourne autour de termes comme contrainte ou astreinte.

This entry was posted in Romance et littérature sentimentale. Bookmark the permalink.