Théâtres et Enfance : l’émergence d’un Répertoire PDF

Saguenay-Lac-Saint-Jean en 1958, Michel Marc Bouchard écrit et monte ses premiers textes de théâtre au Cégep de Matane pendant ses études en tourisme. Bachelier en théâtre à l’Université d’Ottawa, il débute l’écriture dramatique en 1983. Depuis 2006, il est chargé de cours en écriture théâtres et Enfance : l’émergence d’un Répertoire PDF l’École nationale de théâtre du Canada et a enseigné depuis à l’ensemble des finissantsen dramaturgie.


 » Ce numéro de Théâtre Aujourd’hui interroge l’apparition assez récente dans le paysage théâtral d’un  » répertoire de textes d’auteurs  » destinés à l’enfance et la jeunesse. Ce phénomène contemporain transforme le regard que l’on pouvait porter sur ce secteur du théâtre. Loin d’être isolé des mouvements de renouveau qui marquèrent la scène dans ces trente dernières années, ce retour de l’écriture et du travail de la langue est en phase avec ce qui se passe dans l’ensemble du théâtre de création. Des auteurs trouvent dans cet espace particulier le désir de partager leur part d’enfance en recourant à des formes d’écriture particulièrement libres. Ils offrent aux jeunes un univers personnel, avec l’infini plaisir des mots, des rythmes, des images et des inventions formelles. Ils n’hésitent pas non plus à faire partager leurs blessures intimes ou celles que l’Histoire fait vivre aux enfants. Il s’agit donc de faire découvrir des textes et des auteurs (Maurice Yendt, Joël Jouanneau, Catherine Anne, Daniel Danis, Suzanne Lebeau, Olivier Py, Nathalie Papin ou encore Jean-Claude Grumberg…), de découvrir le travail des éditeurs et plusieurs expériences qui mettent les jeunes en contact avec les écritures théâtrales de leur temps. Cette nouvelle dimension du théâtre s’inscrit aussi dans un long combat, celui des pionniers d’un théâtre de qualité pour l’enfance et la jeunesse, dont ce numéro rappelle l’importance et le sens à travers quelques spectacles. Peut-il y avoir pour les jeunes d’aujourd’hui plus belle leçon de vie et d’émancipation que ces terres d’enfance ?  » J.-C. Lallias

En 2005, il est reçu officier de l’Ordre du Canada, puis chevalier de l’Ordre national du Québec en 2012 et en 2015, membre de l’Académie des lettres du Québec. Diverses productions de ses pièces ont été distinguées. Soirée des Masques de l’Académie québécoise du théâtre, en 1998, notamment celui de la meilleure production jeunesse. Americain Lambda Literary Award 2014 for Best Play et The Best Canadian play 2015 par le Cercle des Critiques de Toronto. IM Verlag der Autoren et en japonais chez Sairyuusha.

1984 et 1986 : La Visite ou Surtout, sentez-vous pas obligés de venir! Adaptation cinématographique en anglais sous le titre Lilies. 2000 : Les Muses orphelines, scénario de Gilles Desjardins, adapté au cinéma par Robert Favreau. 2009 : Les Grandes Chaleurs, scénario de Michel Marc Bouchard, adapté au cinéma par Sophie Lorain. 2013 : Tom à la ferme, scénario de Michel Marc Bouchard et Xavier Dolan, adapté au cinéma par Xavier Dolan. 2014 : The Girl King, scénario de Michel Marc Bouchard, réalisation de Mika Kaurismäki. 1988 : Prix d’excellence du Cercle littéraire de l’Outaouais.

1998 : International Banff Rocke Award pour la meilleure émission jeunesse pour le téléfilm français L’Histoire de l’oie et sa version anglaise The Tale of Teeka. 1999 : Golden Spire Award au San Francisco International Film Festival : The Tale of Teeka. 2000 : Betty Mitchell Award pour The Coronation Voyage. 2005 : Officier de l’Ordre du Canada. 2007 : Prix du public Banque Laurentienne pour Des Yeux de verre. 2010 : Grand Prix 2010 du Centre de recherche en civilisation canadienne-française.

2016 : Grand Prix Info-Presse : Cité Mémoire. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 26 février 2019 à 17:55. Guignol est une marionnette à gaine française créée à Lyon vers 1808 par Laurent Mourguet.

Le répertoire écrit original comporte près d’une cinquantaine de pièces. Le spectacle se pratique dans un castelet, selon la technique du burattino ou  marionnette à gaine  dont les particularités impliquent une gestuelle spécifique et des accessoires disproportionnés donnant lieu à un comique de situation caractéristique de la commedia dell’arte. Il existe plusieurs hypothèses sur l’origine du nom de Guignol. Jeton à l’effigie du café concert Guignol appartenant au Caveau des Célestins, établissement ouvert des années 1826 à 1857. Dans son recueil de pièces intitulé Théâtre lyonnais de Guignol datant de 1865, Jean-Baptiste Onofrio évoque un voisin de Mourguet, venu tester ses plaisanteries, qui disait,  c’est guignolant . Mourguet aurait repris cette expression durant ses spectacles, et le public aurait nommé la marionnette en transformant guignolant en guignol.

Elle évoque un personnage réel nommé Guignol qui aurait servi de modèle à la marionnette. Guignol viendrait de Chignol, une graphie attestée dans le recueil d’Onofrio. Les interdits royaux sur la parole provoquent l’émergence d’une littérature consacrée au théâtre de marionnettes, portée par des auteurs comme Fuzelier, Lesage ou d’Orneval, séduits par une liberté d’expression retrouvée. Laurent Mourguet, l’inventeur de Guignol, la marionnette de rue.

Laurent Mourguet naît en 1769 à Lyon dans une famille de canuts. Révolution, la pénurie de travail guette les ouvriers de la Fabrique et nombre d’entre eux doivent se reconvertir. Il découvre l’univers des vogues de campagne, des cabarets et du patois local. Il ne quitte pas Lyon pour autant et déménage à deux reprises. Ce qu’il a fait à la campagne, il va le faire à Lyon et s’installe en 1797 comme arracheur de dents sur les places de la ville. Sur une base textuelle improvisée et selon l’humeur du marionnettiste et l’actualité du jour, le spectacle remplit une fonction de gazette et se dresse en souriant contre les injustices que subissent les petites gens.

Il utilise les marionnettes à gaine du burattino italien sur la base du théâtre classique de Polichinelle et les trames de la commedia dell’arte. Brotteaux au milieu du jardin du Petit Tivoli. Selon une des hypothèses avancées par les historiens de Guignol, la marionnette de Gnafron, maillon essentiel de la naissance du théâtre de Guignol, aurait été créé par Mourguet au départ de Thomas pour garder le souvenir de son inestimable compagnon, gouailleur quoique trop porté sur le vin du Beaujolais. Noire, une des innombrables qu’abrite Lyon. Né de cette tradition de simplicité, Guignol apparaît comme le porte parole des petites gens, prenant la place d’un Polichinelle qui lasse le public dans le courant individualiste et libertaire du Premier Empire.

This entry was posted in Dictionnaires, langues et encyclopédies. Bookmark the permalink.