Theodor Herzl, une nouvelle lecture PDF

Plaque Theodor Herzl, 35 rue Theodor Herzl, une nouvelle lecture PDF, Paris 1. 1896 et fondateur du Fonds pour l’implantation juive pour l’achat de terres en Palestine à l’empire ottoman. Il est l’un des premiers à mettre en place l’idée d’un État autonome juif. Theodor Herzl est né dans le quartier juif de Budapest, capitale du Royaume de Hongrie caractérisée par son cosmopolitisme très important.


L’incompréhension et la dénaturation qui entachent la figure de Herzl, un siècle après sa mort, sont les symptômes les plus évidents dela crise d’identité que traverse de nos jours la société israélienne. Alors qu’à l’étranger l’État hébreu est devenu la référence incontournable de toute réflexion sur l’identité juive, en Israël, beaucoup considèrent ou revendiquent aujourd’hui Herzl comme le porte-drapeau d’un État déjudaïsé. L’intérêt du livre de Georges Weisz réside avant tout dans larévélation, absolument inédite, d’un versant du personnage en général ignoré ou plus souvent nié : la référence à la judéité qui, comme un fild’Ariane, sous-tend tous les écrits sionistes de l’auteur du Judenstaat. Cet ouvrage, qui est le fruit de huit ans de recherches, a pour but dedébarrasser le visage de Herzl des différents masques qui le défigurent et de lui restituer sa dimension à la fois juive et universaliste. Ils’adresse à tous ceux qui s’intéressent à l’histoire de l’État d’Israël et plus généralement aux différents aspects de l’identité juive.

Son père, issu de l’immigration de la partie orientale de l’empire austro-hongrois, se définit lui-même comme réformiste et demeure un partisan de l’assimilation des Juifs au sein de leurs terres d’accueil. En 1889, il épouse Julie Naschauer, du même milieu que lui. Docteur en droit de formation, Herzl commence par écrire des pièces de théâtre puis devient journaliste et part à Paris comme correspondant de 1891 à 1896. Le bon Juif Daniel veut retrouver sa patrie perdue et réunir à nouveau ses frères dispersés.

Mais sincèrement un tel Juif doit savoir qu’il ne rendrait guère service aux siens en leur rendant leur patrie historique. Et si un jour les Juifs y retournaient, ils s’apercevraient dès le lendemain qu’ils n’ont pas grand’chose à mettre en commun. Au milieu d’une cérémonie militaire, Alfred Dreyfus se tient droit en uniforme vierge de tout insigne. Ses insignes et son fourreau sont à ses pieds, et en face de lui, un adjudant est en train de casser son sabre en deux sur son genou. La dégradation d’Alfred Dreyfus, le 5 janvier 1895.

Le débat autour du titre français du Judenstaat bute sur certaines particularités linguistiques. Juifs et non par la question juive ? Comme cela est écrit plus haut, il est couramment admis que l’affaire Dreyfus a été un  coup de tonnerre  pour Théodore Herzl. Cependant, Claude Klein, dans son ouvrage intitulé Essai sur le sionisme, estime que  la réalité est évidemment bien loin de cette fiction . Selon ce dernier, la question juive et l’antisémitisme n’ont jamais cessé de hanter Théodore Herzl.

Dès qu’il se mit à assigner à son action des buts précis dans l’espace réel, à nouer les forces en présence, il dut reconnaître combien son peuple était devenu disparate parmi les nations et les destinées les plus diverses : ici les Juifs religieux, là les libres penseurs, ici les Juifs socialistes, là les capitalistes, tonnant les uns contre les autres dans toutes les langues, et tous fort peu disposés à se soumettre à une autorité centrale. Pour mener à bien son projet d’État pour les Juifs, il décide de lancer une campagne internationale et de faire appel à toutes personnes susceptibles de l’aider. Le nombre de ses partisans augmente alors nettement. En 1898, il commence une série d’initiatives diplomatiques afin d’obtenir un soutien pour un pays juif. Il participe à la première conférence de La Haye. Empire ottoman, pour négocier le don des terres de Palestine. Herzl propose d’effacer les dettes impériales en échange de la Palestine mais celui-ci lui répond :  Je préfère être coupé par le fer que voir la Palestine perdue .

This entry was posted in Romans policiers et polars. Bookmark the permalink.