Une enfance dans la gueule du loup PDF

Ce site à caractère contributif est consacré à la psychologie, aux neurosciences et à la une enfance dans la gueule du loup PDF. Les partages et travaux sont classés par dossiers à droite du site. Vous y trouverez de nombreux articles détaillés.


« Le récit de mon enfance peut se lire comme un témoignage : le destin singulier d’une enfant belge, fille de mère juive, à qui on impose de vivre en Allemagne de 1939 à 1945 sous le IIIe Reich.Ce livre raconte aussi l’histoire d’une adolescente aux prises avec ses parents qu’elle juge irresponsables parce qu’ils ont entraîné leur famille dans la gueule du loup.J’aurais dû tenir un journal entre treize et dix-neuf ans, pendant ces années de guerre où mon père nous avait emmenés dans l’Allemagne nazie, ma mère, mon frère et moi. Or, dès mai 1940, la Gestapo perquisitionnait nos chambres. Nous étions prévenus : toute trace écrite pouvait nous trahir. Non seulement nous devions nous taire, mais ne rien posséder de suspect. Rentrée en France en 1945, les épisodes que je venais de vivre bouillonnaient dans ma tête, j’aurais tant aimé en parler. Personne pour m’écouter, on voulait tourner la page. Si j’avais été perspicace, j’aurais prévu qu’un jour une nouvelle génération s’intéresserait à la vie quotidienne pendant la guerre. Je n’ai pas anticipé, je n’ai pas écrit en 1945.J’ai donc attendu presque soixante-dix ans avant de livrer mes souvenirs décharnés. »Monique Lévi-Strauss

Pour les consulter, cliquez sur « Tous les articles ». Merci aux 35000 visiteurs qui consultent ce site chaque mois. 70 psychologue 70 psychiatre 70 psychanalyste 70. 70200 lure luxeuil vesoul saint-sauveur saint-loup 70800 saulx roye 70200 faverney 70160 conflans sur lanterne.

Saône 70 psychiatre haute saône 70 port sur Saône ronchamp 70250. Après la  » grande transformation  » que décrivit Karl Polanyi en 1944, qui installa ce que l’on nomme à présent  » l’Anthropocène « , une immense transformation se produit, qui ouvre une alternative. L’immensité de la transformation en cours est liée à la fois à la vitesse de ses effets et à leur globalité. L’Anthropocène est un  » Entropocène « , c’est-à-dire une période de production massive d’entropie précisément en cela que les savoirs ayant été liquidés et automatisés, ce ne sont plus des savoirs, mais des systèmes fermés, c’est-à-dire entropiques. Un savoir est un système ouvert : il comporte toujours une capacité de désautomatisation productrice de néguentropie.

Fondé sur la prolétarisation et la destruction des savoirs, le modèle de redistribution des gains de productivité par l’emploi est lui-même condamné. Un autre modèle de redistribution doit être conçu et mis en oeuvre, qui garantisse la solvabilité macro-économique de l’automatisation numérique. L’Anthropocène est insoutenable : c’est un processus de destruction massive, rapide et planétaire, dont le cours doit être inversé. Le nouveau critère de redistribution qu’il s’agit de mettre en oeuvre dans l’économie du Néguanthropocène doit être fondé sur une capacité de désautomatisation qu’il faut ressusciter. Amartya Sen rapporte la capacitation au développement des libertés, qu’il définit comme étant toujours à la fois individuelles et collectives :  » La liberté individuelle est un engagement social « . Sen est fidèle en cela aux points de vue kantien aussi bien que socratique. C’est comme liberté que la capacitation constitue la base du dynamisme économique et du développement :  » La liberté apparaît comme la fin ultime du développement, mais aussi comme son principal moyen « .

Je voudrais prolonger ces propositions de Sen par une autre analyse, qui conduit à d’autres questions. Elle permet en particulier d’instruire le rapport que les individus psychiques et collectifs pourraient nouer avec les automates pour aboutir à des productions individuelles et collectives de bifurcations néguentropiques dans un système industriel et économique qui, en s’automatisant massivement, tend à se fermer. L’Anthropocène, en tant qu’il est un  » Entropocène « , accomplit le nihilisme comme le nivellement insoutenable de toutes les valeurs et le sursaut impératif d’une  » transvaluation  » faisant ressurgir une  » économie générale  » au sens de Georges Bataille, dont j’ai tenté de montrer ailleurs que c’est une économie libidinale revisitée. Le mouvement que je décris ici n’est sans doute pas une transvaluation en un sens strictement nietzschéen.

This entry was posted in Droit. Bookmark the permalink.